Le lac

Il a ses vents, ses humeurs, ses couleurs. Miroir de la ville, le lac de Neuchâtel a concouru au développement de la région, lorsque les transports se faisaient par bateau bien plus aisément que par route : sous les Antonins (de 96 à 192 après Jésus-Christ), la pierre d’Hauterive a été transportée jusqu'à Avenches. Les chalands, par le canal de la Broye atteignaient le lac de Morat, glissaient dans un canal creusé pour arriver à 300 mètres de l’enceinte. Dans ces blocs ont été taillées les statues de la capitale fastueuse.

Plus grand lac entièrement suisse, d’une superficie de près de 220 km2, le lac de Neuchâtel a une altitude moyenne de 430 mètres et une profondeur maximale de 153 mètres. Le canal de la Broye le relie au lac de Morat (23 km2, 46 mètres de profondeur) et le canal de la Thielle correspond avec le lac de Bienne (40 km2, 74 mètres de profondeur).

Les clubs sportifs sont nombreux à partager les plaisirs de l’eau : plongée, natation, ski nautique, motonautisme, rame, aviron, voile, planche à voile, ... Si l’hiver est assez rigoureux pour y patiner, c’est un souvenir d’exception.

Le lac a de brusques changements d’humeur provoqués par le Joran, la Bise, le Vent ... Eole souffle et ses colères sont parfois dangereuses mais elles provoquent aussi de beaux frissons quand on s’accroche à sa voile.

Aménagées en zone de détente, en plage, en port – près de 700 places d'amarrage entre le Nid-du-Crô, les Jeunes Rives, le port de Neuchâtel-Ville et celui de Serrières - les rives sont toutes à portée du public.

Les contemplatifs y rêvent en écoutant les vagues, les sportifs s’élancent debout sur leur planche, les enfants sur les places de jeu s’apaisent au bruit de l’eau ... Lieu de rencontre et d’échange, les rives reçoivent de nombreuses manifestations à la belle saison. On s’y balade, on y pédale ...

Vivre la ville!

N° 26 | 2017 | 13.09.2017

Accéder aux archives