Visites guidées

Jean-Pierre Jelmini, historien, guide votre balade dans la zone piétonne, lorsque vous y pénétrez par le nord de l'Hôtel de Ville:

" Vous pénétrez ici dans le cœur de l’ancienne ville. De cet endroit, où se dressait, jusqu’en 1784, une des portes orientales de la cité surmontée d’une haute tour, le regard appréhende quelques aspects révélateurs de la topographie locale. On sent peu à peu se dresser en face de soi la colline du château dont la Tour de Diesse qui domine l’horizon des cadrans de son immense horloge, marque les premiers contreforts. "

" Poursuivez votre chemin par la rue de l’Hôpital. Relevons au passage que le plus célèbre " fast food " du monde a élu domicile dans un des plus élégants hôtels neuchâtelois, le " Faucon " rebâti en 1829 pour remplacer l’ancien " Logis de l’aigle noire " où descendirent, dans la seconde moitié du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle, les plus importants visiteurs de Neuchâtel et dont le nom s’inscrit encore fièrement en lettres dorées au cœur de la façade.

C’est au Faucon que résida Honoré de Balzac lorsqu’il vint à Neuchâtel en 1833 afin de rencontrer pour la première fois la Comtesse polonaise Evelyne Hanska qu’il épousa en 1850. "

" Un regard sur la fontaine de la Justice (1547) et la minuscule artère jadis appelée Grand’Rue, que vous laissez toutes deux sur votre droite en attendant d’y revenir plus tard, et vous parviendrez à l’un des carrefours les plus importants de l’histoire urbaine de Neuchâtel.

En effet, là où la rue de l’Hôpital débouche sur la rue du Seyon, on franchissait autrefois une rivière en empruntant le pont des Boutiques. Depuis 1843, la rivière ne traverse plus la ville. Elle a été détournée et se jette directement dans le lac, à l’ouest de la cité. "

" En souvenir de ce torrent, qui créa le delta sur lequel le vieux Neuchâtel est partiellement construit, mais qui, par certains de ses débordements impétueux, provoqua parfois de grosses catastrophes en pleine ville, les édiles modernes ont fait établir, en 1993, un ruisseau urbain - alimenté par une source locale - qui amène une heureuse touche de nature vivante au cœur de la zone piétonne. Par un curieux hasard, cette remise à l’honneur du Seyon coïncida avec le cent cinquantième anniversaire de son détournement hors de la ville. "

" Laissez-vous aller au fil de l’eau, jusqu'à la place que vous devinez, à deux cent mètres sur votre gauche et qui n’est autre que la place Pury.

Lorsque, après avoir contourné un charmant kiosque de la Belle Epoque, vous parviendrez à l’embouchure symbolique du ruisseau dans un petit lac en forme de bassin quadrangulaire (non sans observer que l’embouchure réelle du Seyon dans le lac tout proche se trouvait autrefois dans l’axe exact de sa reconstitution actuelle), vous verrez se dresser, à droite devant vous, la statue en pied du Baron David de Pury (1709 - 1786). A proximité du bienfaiteur de Neuchâtel, vous allez trouver le panneau central des promenades touristiques. "

La balade vous a plu ? Découvrez-en d'autres dans "Huit promenades touristiques à travers Neuchâtel", brochure que vous pouvez commander en ligne ou vous procurer à l'Office du Tourisme.

Vivre la ville!

N° 34 | 2017 | 15.11.2017

Accéder aux archives