Entreprises

­Capitale du pays de l’horlogerie, Ne­uchâtel a une tradition de précision et d’innovation qui l’a naturellement orientée vers la recherche et la haute technologie. La reconnaissance internationale d’instituts aussi réputés que le CSEM ou l’Observatoire cantonal a favorisé l’implantation d’entreprises étrangères, attirées par un tissu économique diversifié et innovateur, un personnel hautement qualifié et une culture industrielle tournée vers l’exportation.

Selon le dernier recensement fédéral, la ville de Neuchâtel comptait au 30 septembre 2008 26'270 emplois, répartis dans 2'231 établissements. Le secteur secondaire occupait 5'659 personnes dans 261 établissements, et le secteur tertiaire 20'565 personnes dans 1'956 établissements. Les PME, soit les entreprises comptant jusqu'à 249 équivalents plein temps, représentent la quasi totalité des établissements (99%), dont les 87% sont actifs dans le secteur tertiaire. Par rapport à 2005, les établissements affichent une progression de 0,63%. Cette tendance est la même pour le canton (0,67%).

Par rapport au précédent recensement, l'emploi en ville de Neuchâtel est en progression de 1'215 unités (4,85%). Le secteur secondaire enregistre une augmentation de 11,6%, alors que le secteur des services progresse de 3,8%. La Ville de Neuchâtel abrite près d'un tiers des emplois du canton (90'980).
De 2005 à 2008 et pour les secteurs secondaires et tertiaires, le nombre d'emplois à plein temps a progressé de plus de 3% et les emplois à temps partiel de près de 10%. Ces ­variations sont principalement imputables au secteur secondaire en bonne santé durant la période sous-revue. Les emplois à plein temps dans ce secteur ont augmenté de 505 unités et de 82 postes dans les activités à temps partiel. Avec 3'976 postes, ce sont les industries manufacturières qui occupent le plus d'emplois à plein temps (24%). S'agissant du taux d'occupation à temps partiel, les domaines de la santé humaine et de l'action sociale viennent en tête avec 2'087 personnes, soit les 22% des postes à temps partiel.

  ­

Vivre la ville!

N° 25 | 2016 | 24.08.2016

Accéder aux archives